Qui es-tu, Arn-Wulf ?

   Je suis Arn-Wulf, l'Aigle-Loup, fils d'Ullr, reflet des Goths-Sages qui vivaient en Aquitaine il y a quinze siècles. 
   Pourquoi la Saintonge et le Couserans m'ont-ils oublié depuis tant de siècles? Bien ! Au moins, maintenant, allons-nous pouvoir rétablir une vérité ensemble!

Arc Germanicus
"...L'Arc de Germanicus, à Saintes. Une porte  sur la via d'Agrippa..."
Croquis de Jocelyne Raufaste

Qui es-tu Wisigoth ?
Reproduction autorisée par Monsieur Philippe Camin et le Conseil Général des Landes
que nous remercions.

Une histoire...

Reflets de Loups raconte une partie de l'incroyable aventure qui nous a conduits, nous les Wisigoths, du Västergötland, des rivages de l'Östergötland et de l'île de Gotland jusqu'à l'extrême Sud ibérique, et parfois au-delà.

L’idée de ce récit est née lors de la présentation du spectacle « Il était une Foix – Histoires et Légendes d’Ariège ».
Le fil conducteur en était l’histoire séculaire de Pierre Raufaste et de Jordane Galy. C’était au Théâtre de Verdure de l‘Espinet, c’était à Foix… et c’était émouvant.

EIle a pris corps lors de l’exceptionnelle exposition « Qui es-tu Wisigoth ? » organisée par le Conseil Général des Landes et la ville d’Aire-sur-l’Adour.

Affiche
Avec les aimables autorisations de Mrs Jean-Marie Curbières, "Foix, Terre d'Histoire", et Jean-Michel Gadal,"Il était une Foix l'Ariège"

 

Église de Salau

Eglise de Salau
Eglise des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem
Salau, commune de Couflens (09140)
Croquis de Jocelyne Raufaste

Un long voyage...

Un long voyage qui a mené mon clan du lointain pays que nous appelons maintenant la Suède jusqu’à Mediolanum Santonum, l’actuelle ville de Saintes, puis, jusqu’à la « Terre-Courage d’Ariège ».

Là, autour du VIème s., entre les murs de Saint-Lizier et les neuf sources du Salat, vers le « Saltus Alto », certains de nos lointains ancêtres ont enfin posé leur sac.

C’était alors le pays des Consorani et dans les siècles qui suivirent, ils se sont peu à peu fondu dans ces populations aquitaines, Gascons, donc Vascons, Basques, mais aussi Celtes et Latins. Ils sont devenus les « Montanhols » de Capvert.



Des Wisigoths aux Méharistes... vers Tombouctou 

Vers le puits de la Vieille Femme...
Pastel de Jocelyne Raufaste.

Un si long voyage...

D’autres ont dû continuer leur long périple bien au-delà de l’Aquitaine et de l’Ibérie à leur corps défendant. Ils y ont été emmenés en esclavage et ce ne  furent pas les plus chanceux.

Certains, enfin, ont choisi la conversion à l’Islam, telle la famille d’Alfa Kati Mahmoud. Les Kati ou « Qut », c'est-à-dire « Goths » descendent du roi Wisigoth Witiza. Ceux-ci sont allés jusqu’à Tombouctou, Gao et Jennée.

Philippe Raufaste et Reflets de Loups évoquent aussi le clan des Banu Qasi, issus du Wisigoth Casio, comte de la région de Saragosse converti à l’Islam.






Ce ne furent pas que des temps de violence...

Ce ne furent pas que des temps de violence.

Ce fut aussi une histoire d'Aquitaine aux temps où les Elfes et la magie d'Odin ont rejoint dans nos Pyrénées, les fées brunes "Encantadas", les "Moras" andorranes, les blondes "Hadas" et leurs enfants blonds, les "Hadets".

Une histoire qui pourrait aussi expliquer pourquoi nos frontières de Gascogne sont souvent représentées par de longues successions de petits traits d'union.

Vestiges de la demeure familiale
Vestiges de la demeure familiale
des  
Raufaste Cazevieille Penchot
au hameau de Raufaste à Capvert (09140 Seix)

Les Descendants

Les Descendants
Jean Raufaste Cazevieille Penchot
et son épouse Joséphine née Bielle
Photos aimablement communiquées par
Mr et Mme Jeanot Rieu

Rendre à César...

En parcourant le premier tome de cette saga, le lecteur est amené à s’interroger sur une injustice historique : le sort réservé aux Wisigoths dans notre mémoire collective par certains rédacteurs de l’Histoire officielle. Chrétiens mais hérétiques, ils remettaient en cause le dogme de la Sainte Trinité. Les Wisigoths furent donc avant tout considérés comme des hérétiques…

Voici  pourquoi, entre autres exemples, tant de personnes, lorsqu’elles évoquent aujourd’hui notre histoire, passent directement de l’Aquitaine gallo-romaine à Clovis sans évoquer Wallia, Théodoric, ou Euric, ou Alaric.

C'est aussi pourquoi l'on nous a appris que la Franque Geneviève a sauvé Lutèce de l'attaque d'Attila, ce qui n'est  que  partiellement vrai.

 C'est surtout pourquoi la plupart d'entre-nous ignore que c'est le Wisigoth Théodoric I qui laissa sa vie à Campus Mauriacus, où son propre fils, Thorismond, fut également blessé et où plia enfin Attila. "Reflets de Loups" rend  à César ...


Étymologie des Loups...

"... D'ailleurs, l'hypothèse aquitaine ou vasco-pyrénéenne poserait la question de la transformation d'un "h" originel en "f" écrit et finalement prononcé. On peut imaginer que cette transformation ait existé, mais j'en trouve peu d'exemple (Fauthoux peut-être...).C'est normalement le "f" latin (ou germanique ?) qui est changé en "h" par le gascon..."
Auteur : Tederic.
http://gasconha.com/index.php?tipdoc=noms&mot=raufaste

"... Radulphus donne bien Raulfus, puis Rauf (prononcé en gascon Rawf)...Au final, on aurait bien "Raufaster" (ou "Raufast"), prononcé Raoufasté (Raouasté avec f>h). Maintenant, il faut vérifier si Radulphus était un prénom donné localement (je ne trouve pas d'évêques du Couserans de ce nom) et chercher dans les documents médiévaux des attestations anciennes d'un tel composé..."
Auteur : Vincent.P.
http://gasconha.com/index.php?tipdoc=noms&mot=raufaste

Pour mémoire : Radulphus>Radulfus>Radulf>Rauf, c'est initialement "Radh-Wulf", c'est-à-dire le "Loup-du-Conseil" ou "Le Loup-Sage".
Ph. Raufaste.

"Toquey si gauses !"

"Toquey si gauses !"
Le château de Foix par Jocelyne Raufaste

Reflets de Loups : Le Livre

Reflets de Loups pourrait passer, à première lecture, pour une œuvre d’imagination.

Au fil des pages, le lecteur découvre au contraire une histoire médiévale fortement documentée.

Rythmé par de nombreux poèmes en alexandrins, il met en évidence des influences païennes et religieuses, chamaniques et magiques, dont certaines ont plus de quatre mille ans.

Elles sont un jour venues se dissoudre, ou plus exactement s’intégrer, à l’Aquitaine et dans le creuset pyrénéen des «Incantadas», et des «Hadas».


287 pages sur papier glacé.
Format : 150X210.
ISBN : 978-2-9531415-0-4
DLE : 20080520-27524

Couverture

Couverture

Commande :
en vente sur Internet
Renseignements et commande :
refletsdeloups@sfr.fr

Don Pélage

Pelayo

Don Pélage, premier roi des Asturies
après la victoire de Covadonga (722)
Parvis de la basilique de Covadonga
Photo de l'auteur
Reflets de Loups est un roman historique sans concession au style ni aux idées, qui, désormais, se sont imposées à travers certaines influences médiatiques.

Un livre imperméable aux tabous et autres passages obligés de quelque mode littéraire que ce soit.
C'est un livre libre pour des lecteurs libres!

Maintenant, n'y cherchez pas qui est qui!

Neith-Wulf, le "Loup de la Colère" de la dernière page, est bien le même homme que celui de la première; cependant dix générations les séparent.

Landberga, "Protectrice de la Terre" de l’an 768 est bien celle dont vous avez fait la connaissance au Vème siècle.

Ici se sont rejoints hérédité et  métempsycose !

Extrait

« ... L'esprit du Narbonnais revient au temps présent.
Il se met au galop, rejoint l'adolescent.
Mais alors qu'il lui parle, c'est la voix des anciens,
C'est la voix du Reflet, celle des magiciens,
Qui pénètre Neith-Wulf et ses bonnes paroles,
D'espoir et de progrès sont autant de symboles.
— L'exemple de tes anciens inspirera tes actes.
C'est aussi en ton nom qu'ils ont souscrit au pacte
Par lequel ils renaissent....
                                                                                                   … »
… »

Extrait

« …

Dans l’ombre imaginaire du Grand Arbre de Vie
Qui des rives de Rauma aux terres de Moscovie
Gardera pour mon peuple la mémoire du monde
Et plonge dans Sagesse une racine profonde,
Je révère chaque jour le Soleil Levant
Qui donne à mon image la force d’un géant.
J’accompagne mon clan dans sa lente progression,
Le guide et le protège, car telle est ma mission.
Lorsqu’Heimdallr viendra, le dieu aux neuf mères,
Le Père de tous les Goths, pour l’ultime prière,
Lui confiant mon destin qu’une Norne scella
Je rejoindrai les miens au sein du Walhalla.

… »

Bréviaire d'Alaric

Manuscrit du bréviaire d'Alaric
Manuscrit du Bréviaire d'Alaric conservé à l'Université de
Clermont-Ferrand, Xe siècle
Extrait de Wikipedia

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/79/Ata%C3%BAlfo_01.jpg
Athaulf
(de Athal + Wulf ; c.à.d. "le Loup Noble")
Règne sur le royaume wisigoth de Toulouse . 410/411-415.
www.wikipedia.fr

Extrait


 « …

En s’éloignant du Grand Frêne qui là-bas, sur Gotland, soutient toujours l’univers de leur peuple, l’âme des Goths-Sages a côtoyé d’autres dieux, d’autres hommes, et donc d’autres idées.

Pendant leur long périple vers le Sud, une nouvelle religion est née en Alexandrie. Elle est remontée vers le Nord. Quelque part entre Grèce et Ukraine, le Dieu d’Arius a rencontré Odin.

Les Goths font la connaissance de Wulfila, « Le Louveteau grec de Cappadoce » ! Ce louveteau est le messager d’Arius.

En vérité, l’influence d’Arius et de Wulfila n’occulte pas encore de manière significative les croyances ancestrales toujours bien vivantes dans l’esprit des Goths Sages.

D’ailleurs, est-ce bien leur esprit qui doit éventuellement subir de nouvelles influences ? Ne serait-ce pas plutôt leur âme ?
                                                                                                 … »



Extrait

« …

Tu risques également de te sentir bien seul, petit Loup.
— Ça serait quand-même dommage, père, car cela voudrait dire que je vais être le seul à m’en sortir. Mais ça ne sera pas le cas, parce qu’inversement, aussi longtemps que nous pourrons accueillir avec courtoisie celui qui vient en ami nous demander son chemin, nous ne serons pas seuls…

Aussi longtemps que nous élèverons les chevaux et les mules les plus fortes et que nous les vendrons à leur juste prix, nous ne serons pas seuls… Aussi longtemps que nous nous efforcerons de comprendre la langue de celui qui respecte notre langue, nous ne serons pas seuls. Et enfin, aussi longtemps que nous aurons la force de lancer nos javelots par-delà le grand portail, non seulement nous ne serons pas seuls, mais nous pourrons même choisir nos visiteurs
… »


Fibules

Fibules aquiliformes wisigothiques

Extrait

Légende  des "Sabots de Bethmale".
 (Quatrième strophe)
« …

Le matin qui suivit, volant de cime en cime
Le hilet du pâtre retentit, clarissime.
Les bergers étaient prêts et tous le comprirent.
Armés d’arcs et de flèches et de pieux ils fondirent
Sur les Maures incrédules. Au soir, sous le Vallier,
Les Sarrasins étaient tous tués ou prisonniers
Et leur chef enchaîné put voir défiler
L’armée des pastoureaux qui s’étaient rebellés.
Darnert marchait en tête mais de cette victoire
Une grande épouvante frappa toutes les mémoires.
— Regarde, dit-il au chef, lui montrant ses sabots.
Ton fils et ma promise sont la proie des corbeaux !
Je n’en ai conservé que leurs coeurs perfides.
Sur les pointes acérées, l’assistance livide
Put voir, pétrifiée, deux coeurs transpercés
Et l’histoire tragique des jeunes fiancés
A marqué à jamais l’âme des Bethmalais
De sabots à poulaine et de dards effilés.
... »

Philippe Raufaste.
(D'après la légende rapportée par Louis-Henry Destel)



Les sabots de la vallée de Bethmale


Les sabots de la vallée de Bethmale

Euric
Euric
Règne sur le royaume wisigoth de Toulouse  entre 466 et 484.
Sources :  www.wikipedia.fr/ G. Labouysse "Les Wisigoths"
Fotografía digital de Pablo Alberto Salguero Quiles

Extrait

« …

"...  Landberga a soudain la sensation qu’on chuchote derrière elle.
— C’est la Gothe ! Elle est un peu fatiguée. Elle parle encore toute seule.
— Mais elle n’est pas gothe.
— Si, un peu quand même. Il paraît qu’elle a des ancêtres Goths.
— Ce qui est sûr, c’est que sa famille est protégée par l’évêque Palladius, et même par le vieux Werinhardus et son fils Radh-Wulf… Et ces trois-là, il vaut mieux ne pas trop les énerver !
— Qui sait ? Peut-être perdons-nous quelque chose, nous qui ne croyons pas en nos rêves et ne parlons pas aux nuages

... »

Citation : "Les Wisigoths sont toujours parmi nous".

(Patrice Georges Rufino : "Clovis contre Alaric".)



Extraits

« …

Automne 759. Silvia et son fils cadet Radulf parcourent à cheval la belle colline qui, en direction du Sud-est, fait face au Marsan. Quatre milles romains environ séparent l’endroit de la Rivière de la Chance. Comme d’habitude, leurs deux petits Mérens ont avalé la distance en moins d’un quart d’heure. Il faut dire que la patronne du domaine est bien connue pour une habitude équestre très personnelle. Depuis son plus jeune âge, elle ne connaît qu’une allure : le galop ! Le pas, le trot, ne sont pour elle que des allures propres à ménager une monture et restent, par principe, l’apanage des mijaurées de la ville. Par contre, tolérante, elle admet que l’amble puisse avoir son charme pour les inconditionnelles de la sieste. Quant à elle, dès que le cheval est chaud le démarrage est instantané. Inutile d’ajouter que les promenades équestres avec Silvia ne sont pas toujours de tout repos. Mais ceci ne rapproche-t-il pas d’autant la colline en question du domaine familial ?
………………………………………………………………………………
Cette colline à laquelle tout le monde est tellement attaché, doit devenir celle de son cadet, mais il ignore encore la faveur qui va lui être faite. Il est vrai qu’à cette époque, le sort des cadets n’est pas toujours enviable.
………………………………………………………………………………
— Si tu le voulais, mère, je serais heureux de m’en occuper.
— Tu le pourras, car ce lieu va t’appartenir et cette colline deviendra le « Radulf-Fasten ».
Allez comprendre pourquoi les deux Mérens, sans sollicitation apparente, reprirent instantanément le galop en direction de « la Rivière de la Chance »…
Et ce n’est certes pas Silvia qui les aurait retenus !...
………………………………………………………………………………

... »
Mérens,
le Prince Noir de l'Ariège



Mérens des montagnes de l'Aston

Bienvenue sur le site de l'Elevage
des montagnes de l'ASTON :
http://www.chevalmerens.com

Bande Sonore: "Cantigas de Castilla y León" - Alfonso el Sabio (1221 - 1284) - CM235 - Titre 9
                                                                    Avec l'aimable autorisation de Eduardo Paniagua.




haut de page